Les fleurs d’Hiroshima

Auteur : Edita Morrisfleurhiro

Editeur : J’ai Lu

Genre : Drame, Historique

Parution : 1961

Pages : 126

Un jeune Américain, employé par une compagnie de navigation, loue une chambre dans une famille japonaise. Rien de plus simple, mais cette histoire se passe à Hiroshima. Et, peu à peu, malgré la pudeur, la fierté et le stoïcisme de ses hôtes, Sam découvrira un à un les secrets des survivants de la bombe : les souvenirs affreux d’une nuit unique dans l’histoire de l’humanité et les peurs atroces qui assombrissent l’avenir.

Les fleurs d’Hiroshima fait parti de ces petits romans sans prétention à voir comme ça et qui pourtant sont chargés de sentiments, d’émotions et de sagesse.

L’auteur sait nous raconter à travers les yeux de la gentille Yuka les ravages causés des années plus tôt par la bombe atomique. Malgré la pudeur et la discrétion japonaise, on comprend sous la forme d’un récit très doux les horreurs qu’ont connu les habitants d’Hiroshima, les blessures internes mais aussi externes avec lesquelles ils vivent chaque jour, mais aussi leur situation d’irradiés au sein de la société japonaise. J’ignorais totalement que la génération victime de la bombe était rejetée et considérée comme une caste inférieure de la société japonaise. Les victimes ont du mal à trouver des emplois à cause de leur physique qui effraie la population, mais sont aussi refusés dans certains lieux publics.

Le plus étonnant dans ce roman est le discours pacifique et complètement dénué de haine des victimes de la bombe. Ils vivent en tentant d’oublier ce drame et refusent que d’autres personnes s’apitoient sur leur sort. Pour illustrer cette discrétion, l’auteur nous raconte l’arrivée d’un jeune américain chez une famille d’anciens irradiés. Il faudra la moitié du roman avant que celui ci ne se rende compte de la souffrance que les habitants tentent de lui cacher.

Je me suis beaucoup attachée à la narratrice que j’ai trouvé vraiment très pure, naïve et pleine d’espoir. Son caractère contraste beaucoup avec le thème du roman.

C’est un court roman que je conseille beaucoup car c’est un thème qui est rarement abordé du point de vue des victimes. C’est un roman très dur mais très doux à la fois. Une très bonne découverte qui fait réfléchir.

coup de coeur

Publicités

2 réflexions sur “Les fleurs d’Hiroshima

  1. Je suis contente que ma chronique t’ai donné envie de lire ce roman ! Il vaut vraiment le coup, et même si le thème est effectivement très dur, l’histoire est racontée d’une manière vraiment douce, voir même légère. Après c’est un roman assez déprimant dans l’ensemble… Au moins on ne sort pas de cette lecture sans être bouleversée un minimum !

    J'aime

  2. Ta chronique – et le thème en lui-même – me donne vraiment envie de lire ce livre. Mais il a l’air difficile à supporter, émotionnellement. Enfin, c’est surchargé de sentiments et c’est vraiment une phase horrible de l’histoire… Il faut être sûr de pouvoir supporter quelque chose de ce genre !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s