Lettre à mon ravisseur

url

Auteur : Lucy Christopher

Editeur : Gallimard

Collection : Scripto

Genre : Drame, young adult

Parution : 2010

Pages : 338

Ça s’est passé comme ça. J’ai été volé dans un aéroport. Enlevée à tout ce que je connaissais, tout ce qui était ma vie. Parachutée dans le sable et la chaleur. Tu me voulais pour longtemps. Et tu voulais que je t’aime. Ceci est mon histoire. Une histoire de survie. Une lettre de nulle part.

J’ai du mal à trouver les mots pour commencer cette critique tellement ce livre m’a touché et bouleversé. Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant accroché à un roman. C’est bien simple: je l’ai acheté hier et je l’ai finis ce midi. J’ai été complètement happée par cette histoire au point que dès qu’arrêtais de le lire, je ne faisais que d’y penser.

J’avais été fortement attirée par la couverture qui montre une maison perdue dans le désert ainsi qu’un titre qui intrigue beaucoup. De plus lorsque l’on incline le livre, on voit en transparence l’ombre d’un homme sur le bas de l’image ! J’aime vraiment beaucoup la collection Scripto qui soigne toujours ses couvertures !

Pour parler brièvement de l’histoire, on lit une lettre écrite par Gemma l’héroïne du roman qui écrit à l’homme qui l’a « volé ». (Je précise qu’il n y a donc aucun chapitre et que le roman est écrit d’une traite.) Gemma raconte dans cette lettre toute son histoire, de sa rencontre avec lui jusqu’à son enlèvement et sa séquestration. Mais je vous rassure, ce roman n’a rien de morbide ou de choquant. Après je ne vais pas cacher que ce roman à quelque chose de malsain tout de même ! Bien évidement il traite d’un sujet très grave et donc à ne pas prendre à la légère. Mais l’auteure a réussi dans son roman à nuancer le mal et le bien.

Effectivement, dans ce roman, nous avons donc affaire à deux protagonistes : la victime Gemma, et le ravisseur Ty. Mais l’auteure ne se contente pas de blanchir Gemma et de noircir Ty. On va au fil de notre lecture apprendre à connaitre le ravisseur et même à le comprendre (même si cela n’excuse pas ce qu’il a fait!). Elle en fait un personnage vraiment attachant, et c’est ce qui fait la force de ce roman : on est face à une situation vraiment perturbante. Car c’est effectivement ce que j’ai ressenti pendant toute cette lecture : j’étais perturbée et mal à l’aise. On va ressentir exactement ce que ressent Gemma, Ty est à la fois un personnage répugnant mais aussi très attirant. Le thème principal de ce roman est le syndrome de Stockholm, et ce roman est parfait pour illustrer comment on en arrive à aimer son bourreau.

Alors évidemment, Gemma a une « chance » dans son malheur, elle aurait pu tomber sur bien pire : Ty est un jeune homme déjà, il est très beau, mais aussi très gentil (et oui !). Il ne touchera pas à Gemma, ne la forcera à rien. Il l’enlève pour l’emmener en pleins milieu du désert australien et lui apprendre comment survivre dans la nature et vivre en communion avec celle-ci. Donc bon oui il y a bien pire. l’auteure a d’ailleurs été très douée aussi sur ce point, je me suis vraiment senti dans le désert pendant toute ma lecture. Je m’imaginais parfaitement les paysages de sable et la chaleur étouffante de l’Australie. C’était un agréable dépaysement !

Pour en revenir à Ty, ce personnage est très complexe et assez  difficile à comprendre. Il est lunatique et est sujet à de fortes colères. Il réagit souvent comme un enfant, et il ne semble vraiment pas comprendre le mal qu’il a causé en arrachant la jeune fille à sa vie et la gravité de la situation. Tout au fil du roman, il restera persuadé de l’avoir sauvé (mais de quoi?). Néanmoins la plupart du temps, il fait preuve d’une extrême gentillesse, tellement que cela en est perturbant. On sent qu’il est sincère envers Gemma mais en même temps il est vraiment effrayant. On se demande vraiment ce qu’il attend de la jeune fille. Et les révélations sur les raisons de son enlèvement qui se dévoilent au fil du roman sont effrayantes. Mais j’ai vraiment adoré ce personnage comme je l’ai détesté aussi par moment.

Gemma, quant à elle, est aussi un personnage excellent. Malgré une certaine attirance pour Ty, elle n’oublie jamais que le jeune homme est un  psychopathe et que la situation est vraiment mauvaise et malsaine. Jamais elle n’oubliera son objectif qui est de se sauver et de quitter son ravisseur. Toutes ses réactions et ses comportements sont compréhensifs. Entre les moments de dépression et les moments d’adrénaline pour s’enfuir, Gemma nous fait preuve d’un grand courage et d’un comportement très humain. Elle est tiraillée entre l’envie d’éprouver de l’empathie pour Ty mais aussi par un dégout profond et par la peur. Tout au long de l’histoire, on est face à des situations ambiguës et vraiment déroutantes.

Le roman s’achève sur un final vraiment touchant et surtout frustrant ! Mais c’est en même temps la seule fin possible et réaliste que l’auteure pouvait nous faire.

Comme vous l’aurez compris ce roman est un immense coup de cœur pour moi. J’ai tout adoré : le thème abordé, la complexité de ses protagonistes, le déroulement de l’histoire…tout ! C’est à la fois un roman effrayant, malsain, poétique, beau, émouvant… Je ne regrette absolument pas de m’être lancé dans cette lecture complètement au hasard. C’est une pépite. Je le conseille 1000 fois, lancez-vous dedans ! Je peux vous garantir qu’il vous hantera longtemps !

coup de coeur

Publicités

4 réflexions sur “Lettre à mon ravisseur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s