Quand la nuit devient jour

81CyV3UH+sLAuteur : Sophie Jomain

Editeur : J’ai Lu

Genre : Drame

Parution : 2018 pour la version poche

Pages : 220

On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà.
La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début.
J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016.
Par euthanasie volontaire assistée.


Sans titre-1

Lorsque j’ai lu la 4ème de couverture, j’ai tout de suite été intriguée par ce roman. Le thème de l’euthanasie volontaire est assez peu courant dans la littérature (ou du moins de ce que j’ai pu en voir), et je me suis demandée comment Sophie Jomain l’avait abordé.

Le personnage de Camille est dépressif. Depuis sa plus tendre enfance, celle-ci se sent en décalage par rapport aux autres. Mal à l’aise dans son corps, Camille va passer par l’anorexie et la boulimie durant de nombreuses années. Si sa famille l’aime et l’encourage, Camille n’arrive pas à faire la paix avec elle-même et décide finalement de se faire euthanasier dans un centre en Belgique. La date est fixée, nous allons suivre Camille durant les trois mois qui précèdent sa mort assistée.

J’ai du mal à avoir un avis sur ce roman. Si je suis pour le droit à l’euthanasie, j’ai néanmoins eu beaucoup de mal à comprendre pourquoi  Camille tenait tant à mourir. Si au début du roman je comprenais parfaitement, durant les trois mois passé dans le centre, son état s’est quand même grandement améliorée. Et pourtant Camille ne veut pas revenir sur sa décision. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à elle pour le coup. J’avais beaucoup plus de compassion pour ses parents que pour elle. Cela doit être horrible de voir son enfant se faire euthanasier volontairement sans rien pouvoir faire.

Ce roman m’a mis mal à l’aise. Le sujet est bien abordé, mais trop dur et glauque pour moi. J’ai eu beaucoup de mal à éprouver de l’empathie pour l’héroïne. Et la romance qui arrive à la moitié du roman m’a très peu convaincu…

Pas une mauvaise lecture en soi, mais un livre assez dérangeant et particulier pour véritablement avoir un avis dessus.

6/10

 


3 réflexions sur “Quand la nuit devient jour

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman, mais je comprend qu’il peut paraître vraiment particulier aux yeux de certaines personnes. C’est un sujet tellement polémique.
    Je partage le lien de ta chronique sur l’article de mon blog 🙂

    J'aime

  2. J’avais eu un gros coup de cœur, c’était le premier livre que je lisais sur le sujet et il m’a beaucoup touché! Au début je ne comprenais pas le choix de Camille mais au final je me suis dit que c’est la seule chose qui l’a rend heureuse! J’ai eu un espoir avec la romance qui s’est installée et cela m’a dévastée à la fin! J’ai haï l’auteur! Cela m’a permis de changer d’avis sur ce sujet (quand la personne veut mourir alors que tout va bien !) 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s