Sorceleur tome 2 : L’épée de la providence

L-epee-de-la-providenceAuteur : Andrzej Sapkowski

Editeur : Bragelonne

Genre : Fantasy

Parution : 2008

Pages : 470

Geralt de Riv, le mutant aux cheveux d’albâtre, n’en a pas fini avec sa vie errante de tueur de monstres légendaires.
Fidèle aux règles de la corporation maudite des sorceleurs et à l’enseignement qui lui a été prodigué, Geralt assume sa mission sans faillir dans un monde hostile et corrompu qui ne laisse aucune place à l’espoir.
Mais la rencontre avec la petite Ciri, l’Enfant élue, va donner un sens nouveau à l’existence de ce héros solitaire. Geralt cessera-t-il enfin de fuir devant la mort pour affronter la providence et percer à jour son véritable destin ?


Sans titre-1

Je continue dans ma découverte de l’univers du fameux sorceleur Geralt de Riv! J’avais adoré le premier tome et j’avais donc envie de me plonger dans la suite. Ce second tome est à nouveau écrit sous la forme d’un recueil de nouvelles. Les nouvelles sont plus longues que dans le premier tome, et certaines entre dans le vif du sujet : c’est à dire la rencontre de Geralt avec le personnage emblématique de la petite Ciri.

J’avais vraiment hâte de découvrir Ciri, surtout que nous la rencontrons petite fille dans la nouvelle de L’épée de la providence. c’est un personnage qui apporte beaucoup de fraicheur à l’histoire, et sa relation avec le sorceleur est touchante. Malheureusement, avant d’arriver à cette fameuse nouvelle, il faut s’en farcir de nombreuses autres qui ne m’ont pas vraiment passionné…

J’ai trouvé le style très lourd alors qu’il n y a pas spécialement beaucoup de descriptions. Ce qui m’a gêné, c’est les dialogues que je trouve de mauvaise qualité. Il y a beaucoup trop de bavardages dans ce second tome avec des dialogues très mal écrits et peu cohérents. Les personnages se parlent mais semblent ne pas se comprendre. Cela a rendu la lecture très difficile et peu captivante.

De plus dans ce tome là, les nouvelles sont principalement axées sur un personnage que je déteste : celui de la magicienne Yennefer, dont Geralt est fou amoureux. Je ne peux pas piffer ce personnage, ce n’est juste pas possible! C’est le cliché de la femme fatale et manipulatrice, qui utilise son pouvoir de séduction afin de se servir des hommes. Face à elle, Geralt se transforme en gentil toutou quémandeur de la moindre caresse. C’est insupportable ! Impossible d’éprouver autre chose que de l’agacement vis à vis de cette femme.


en bref

J’ai eu beaucoup de mal à accrocher à ce second tome alors que j’avais adoré le premier. Néanmoins j’aime toujours autant l’univers et le personnage de Geralt que je prendrais de nouveau plaisir à suivre dans ses aventures. Le prochain tome n’est plus un recueil de nouvelles mais un véritable roman à lui tout seul. J’espère donc qu’il sera bien mieux que ce deuxième tome!

6/10

 


6 réflexions sur “Sorceleur tome 2 : L’épée de la providence

  1. J’ai trouvé que dans l’ensemble la saga soufflait le chaud et le froid. Il y a du très très bon, avec un côté cynique et sombre que j’apprécie beaucoup, et du moins bon.

    Tu verras avec les romans, où j’ai vraiment retrouvé ce mélange entre excellent et barbant, selon les chapitres et les points de vue.

    Au final, je trouve que ce sont les jeux vidéo qui utilisent le mieux l’univers (univers qui pour le coup est très bien construit).

    Aimé par 1 personne

    1. Oui tu n’es pas le premier à me dire ça :/ Du coup j’ai peur de me lancer dans la suite, mais comme j’ai les autres tomes dans ma pile à lire, je vais les lire tout de même ! Mais je pense qu’après le troisième tome je vais me lancer dans The Witcher 3, et je ne suis pas spécialement étonnée que les jeux soient réputés « mieux » que le support original. Il faut dire que l’univers du sorceleur se prête à merveille pour un RPG!

      J'aime

  2. Aïe, effectivement si tu détestes Yennefer ça va être plus dur (ceci dit, c’est loin d’être mon perso préféré également). Ensuite c’est pas que Geralt soit techniquement amoureux fou, mais c’est satané « Dernier Vœu » qui fout le bronx.
    Le second recueil est effectivement dans l’ensemble moins fluide que le premier, mais l’arrivée de Ciri est un bonheur (ce personnage est pour le coup super), et permet de lancer véritablement la saga avec le tome 3 qui initie la série de romans qui vont introduire des persos vraiment bons et pour certains très bien développés et profonds (je ne nomme pas pour l’instant, je rebondirai dessus au fur et à mesure de tes chroniques^^).

    Aimé par 1 personne

    1. Après je suis rassurée quand je vois qu’autours de moi pas mal de lecteurs et joueurs n’aiment pas Yennefer xD Par contre Ciri est top ! Elle est toute gamine dans ce tome, mais je l’adore déjà !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s